Actualité des Bébés Copains

Agenda

Présentation

L'établissement a reçu un agrément du conseil général pour l'accueil simultané de 16 enfants. C'est une structure d'accueil occasionnel (halte-garderie) et non une crèche. Cela signifie que le nombre d'heures est limité à 20 heures par semaine et par enfant.

L'accueil peut être contractualisé : la famille choisit un ou deux créneaux maximum fixes et réguliers sur l'année. Elle paie dans ce cas un forfait mensuel.

L'accueil peut être plus souple et plus occasionnel : la famille réserve un ou deux créneaux maximum, d'une semaine sur l'autre, pas au-delà.

Il est aussi possible d'arriver sans avoir réservé, avec le risque qu'il n'y ait pas de place. C'est souvent jouable l'après-midi.

La gestion est associative : nous ne sommes pas un établissement communal. Ce sont les parents, organisés en association, qui gèrent un lieu d'accueil pour leurs enfants. Ils sont employeurs d'une équipe de 6 professionnelles salariées qui interviennent quotidiennement auprès des enfants.

Les parents sont invités à prendre une place active dans l'association. Les façons de s'impliquer et de participer peuvent prendre des formes variées :

Informations pratiques

Nous contacter

Nous sommes situés au 2 avenue du Maréchal Juin, 33610 Cestas (plan d'accès).

Vous pouvez nous contacter par téléphone au 05.56.78.15.20 ou par courriel à .

Les horaires

La halte-garderie est ouverte de 8h à 17h30 les lundis, mardis, jeudis et vendredis. Elle est aussi ouverte tous les mercredis matins de 8h à 12h. Elle est fermée pendant les vacances scolaires.

Les tarifs

Une adhésion à l'association de 50 euros par famille et par année scolaire est demandée à l'inscription.

Le tarif horaire est calculé à partir de l'avis d'imposition n-2 et du nombre d'enfants à charge. Lorsque deux enfants d'une même famille fréquentent la structure, le tarif est réduit de 10 %.

Le paiement s'effectue en début de mois pour les prestations du mois précédent. Une facture mensuelle est remise.

Repas et couches

Les repas et les couches sont fournis par la halte-garderie sans frais supplémentaires pour les familles.

Projet éducatif

Le projet éducatif est travaillé par l'équipe, puis mis en débat régulièrement avec les parents. Il décrit les valeurs éducatives, mises en œuvre dans l'établissement, sur lesquelles parents et professionnelles s'accordent. Partie intégrante du projet d'établissement, tous les parents y ont accès. A sa lecture, les parents doivent comprendre comment leur enfant sera pris en charge.

Dans un document annexe, qui n'est pas remis aux parents, ce projet éducatif est repris et complété par un projet pédagogique qui décrit concrètement comment les professionnelles le rendent opérationnel. Il s'agit d'un document de travail, qui sert de cadre à toutes les personnes, qui interviennent dans la prise en charge des enfants : les professionnelles de l'équipe, mais aussi les personnes remplaçantes, les stagiaires. Il décrit les postures professionnelles attendues, précise les manières de faire.

L'enfant est le premier concerné par l'accueil aux Bébés Copains

Même si l'enfant est accueilli dans un collectif, il est connu personnellement. Il est considéré comme un sujet, un individu unique qui a son histoire personnelle, sa personnalité, son environnement familial.

Quel que soit son âge, l'enfant est associé à tout échange qui le concerne. Les adultes ne parlent pas au-dessus de sa tête, comme s'il ne comprenait pas.

La parole de l'enfant, ses modes d'expression, son désir, son avis sont écoutés, recherchés, par les parents et les professionnelles.

La prise en charge des enfants n'est pas standardisée, elle est adaptée à chaque enfant.

De nombreux outils, rituels et fonctionnements tout au long de la journée permettent à l'équipe d'individualiser chaque enfant.

Pour permettre et faciliter la séparation entre les parents et les enfants, la confiance se construit progressivement et continuellement entre les professionnelles et les parents

Une période d'adaptation est organisée pour chaque nouvel enfant pendant laquelle l'équipe, les parents et les enfants font connaissance. Cette période est obligatoire, pour tous les enfants, qu'ils fréquentent l'établissement régulièrement ou très occasionnellement.

Une professionnelle est « référente » de l'enfant. Cela ne veut pas dire qu'elle s'occupe exclusivement de cet enfant, mais elle rassemble les observations, analyse l'évolution de chacun, et communique ses observations avec l'équipe.

Les possibilités de communication entre les parents et l'équipe sont multiples :

A tout moment, un enfant doit pouvoir anticiper ce qui va arriver, pour se sentir rassuré et pour être acteur

Les parents prennent le temps d'expliquer à leur enfant qui va venir le chercher, à quel moment. Ils en parlent aussi avec la professionnelle qui les accueille. Si un changement doit intervenir à ce sujet, les parents appellent dans la journée, l'enfant peut-être ainsi prévenu.

La régularité des activités dans une journée permet aux enfants de se repérer dans le temps.

De nombreux rituels, dans la journée, sont expliqués et connus de tous, enfants, parents et professionnelles.

Avant de prendre un enfant pour aller le changer par exemple, pour aller le coucher, la professionnelle se met à la hauteur de l'enfant, face à lui, et lui explique ce qu'elle va faire. Elle essaie d'obtenir l'adhésion de l'enfant.

Tous les moments de changements d'activité sont annoncés, expliqués aux enfants.

Dans la prise en charge de l'enfant, ce qui est pris en compte prioritairement, c'est ce qu'il sait déjà faire

Pour participer au développement d'un enfant, l'équipe ne se focalise pas sur ses carences, sur ce qu'il ne sait pas encore faire, sur ce qu'il devrait savoir faire à son âge.

L'âge de l'enfant n'est pas un critère significatif.

C'est à partir de ses compétences déjà acquises qu'un enfant se développe, fait des progrès.

Cela implique que les professionnelles observent les enfants pour leur proposer des activités, positions, jeux, jouets, bien adaptés au stade de développement de chacun d'eux. Elles tiennent compte du désir de l'enfant au moment présent. Ainsi, par exemple, un grand qui veut avancer à 4 pattes, ou jouer avec des jeux plutôt adaptés aux bébés, le peut : ce ne n'est pas régresser que de repartir en "arrière" pour s'assurer que rien n'a disparu, que l'on n'a rien perdu de ce que l'on était... c'est pour être encore plus assuré, rassuré et avancer encore mieux.

Les enfants sont souvent répartis dans des petits groupes, tout au long de la journée

Au cours de la journée, dans les moments de jeu libre ou pendant les ateliers, les enfants sont répartis dans des petits groupes de 6 à 8 maximum. Le nombre suffisant de pièces distinctes et de professionnelles encadrantes permet cette organisation. Cela permet de garantir des moments de calme, de concentration, de maîtriser le niveau de bruit. Dans ces conditions, les professionnelles entrent plus facilement en communication avec les enfants et les interrelations entre enfants sont multiples.

Les groupes ne sont pas constitués à partir de l'âge des enfants. Il peut arriver par exemple qu'un enfant de 15 mois participe à un atelier de "patouilles et transvasements" avec des grands de deux ans, alors qu'un grand est en jeu libre avec des petits de un an parce qu'il a plutôt envie de jouer à la dînette ou de regarder des livres.

Pour les bébés qui ne se déplacent pas encore, un espace dédié "le coin des bébés", protégé des plus grands par une petite barrière, leur permet de se mouvoir, allongés ou assis sur des petits tapis colorés. C'est un petit espace qu'ils connaissent bien, qui les rassure, dans lequel ils retrouvent leurs jouets et leurs repères. Il n'est pas isolé, les bébés voient les autres enfants. Des interrelations se produisent entre les bébés et les plus grands.

Au moment des repas, les grands mangent dans la salle à manger, qui peut accueillir 10 enfants maximum, sur deux tables de 5. Les enfants plus petits mangent dans une des salles de jeu, assis sur des petits sièges bas avec une tablette. Ils peuvent ainsi commencer à manger tout seul dès qu'ils en ont envie. Les bébés sont installés dans des transats pour manger.

Pour les temps de siestes, les plus petits dorment dans des petits lits à barreaux, 5 enfants dans chacune des deux chambres. Dans le troisième dortoir, celui des grands, 6 enfants peuvent dormir simultanément, sur des petits lits bas, dans des sacs de couchage.

Les enfants doivent être dans le confort physique et psychique

Les professionnelles sont attentives aux manifestations des enfants: les découvrent s'ils ont trop chaud ou inversement, les mouchent si nécessaire, changent leurs couches régulièrement.

Elles les font boire régulièrement et encore plus dehors quand il fait chaud.

Les enfants sont couchés quand ils manifestent des signes de fatigue. Les professionnelles ne réveillent pas les enfants sauf à la demande des familles pour des raisons exceptionnelles.

Elles proposent des activités physiques, dehors si possible et le plus souvent possible, si les enfants manifestent leur besoin de bouger, courir, crier ou au contraire des moments de lectures ou comptines, de relaxation pour des retours au calme.

Elles veillent à ce que l'atmosphère soit apaisante, en particulier elles essaient de faire baisser le niveau de bruit: en parlant doucement, en évitant de claquer les portes, en adaptant si nécessaire les activités proposées et la constitution des groupes d'enfants à leur état d'excitation

Les enfants ont accès à leur doudou, à leur sucette à tout moment. Le doudou ne joue pas le même rôle aux Bébés Copains qu'à la maison. C'est un objet qui rassure parce qu'il vient de la maison et qu'il rappelle les parents absents. Cependant, les professionnelles invitent souvent les enfants à les poser pour avoir les mains plus libres ou pour ne pas le salir.

Elles prennent le temps de câliner quand les enfants en ont besoin.

Quand un enfant manifeste de la tristesse, ou de la colère, elles mettent des mots sur ces émotions qu'elles perçoivent.

Quand un adulte, autre qu'un membre de l'équipe, entre dans une salle de vie, il est présenté aux enfants. Ce peut-être une stagiaire, une maman en adaptation etc...

L'environnement doit favoriser les découvertes, les explorations, les expérimentations

Des « coins » sont repérés par les enfants pour les jeux d'imitation (les poupées, la dînette), de manipulation (les animaux, les voitures), de construction (cubes, gros légos), pour la lecture (bibliothèque en accès libre), pour les jeux moteurs (tapis, toboggan)

Les jouets sont accessibles aux enfants, disposés par petites quantités dans des bacs légers, à leur portée.

Les jeux, jouets, et livres sont régulièrement renouvelés.

Les temps "d'éveil" ne sont pas des temps de "sur stimulation"

L'éveil c'est ce qui est en amont des apprentissages.

Les activités qui sont proposées, jamais imposées, aux enfants, ont pour but de leur faire plaisir, de stimuler leur curiosité, leur donner envie d'essayer, de faire tout seul, de toucher, manipuler, d'écouter, de sentir, de construire. Elles contribuent au développement de leurs compétences relationnelles, sensorielles, motrices.

Ce sont des temps de plaisirs partagés entre les enfants et les professionnelles.

Les enfants intègrent un atelier et le quittent quand ils veulent. Les adultes, parents et professionnelles, ne sont pas en attente de productions, de réalisations.

Les enfants ont envie de "faire tout seul" et tous les adultes les y encouragent

Les professionnelles veillent à ce que les enfants ne soient pas bousculés, pressés. Elles évitent de leur dire "dépêche toi" ou de faire à leur place ce qu'ils sont capables de faire tout seuls.

Quand on va jouer dehors, les enfants ont le temps de s'habiller et se déshabiller, de se chausser et se déchausser. C'est une activité à part entière.

Au moment de la sieste, les enfants les plus grands se préparent tout seuls et au lever se rhabillent tout seuls.

Pour les passages aux toilettes, de la même manière, les enfants sont encouragés à s'essuyer tout seuls, à se débrouiller tout seuls. C'est d'autant plus facile quand les habits sont pratiques, facile à enlever et remettre.

Au moment du repas de midi, et au moment du goûter, les enfants prennent sur le chariot leur plateau, leurs couverts, leur serviette et leur verre, et s'installent à table. Une professionnelle est présente dans la salle à manger pour les accueillir et les aider si besoin. A chaque table une professionnelle est assise avec les enfants, disponible pour les aider si besoin, et pour échanger. Les plats arrivent sur la table et les enfants se servent tout seuls. Les professionnelles respectent la volonté des enfants de manger ou non, de se servir peu ou de se resservir s'ils le souhaitent. A la fin du repas, les enfants déposent leur assiette, leur verre, et couverts sales dans une bassine, reposent sur le chariot leur serviette. Ils se nettoient le visage et les mains tout seuls.

Et quand l'enfant est agressif envers les autres enfants

Il arrive qu'un enfant traverse une période pendant laquelle il manifeste de l'agressivité envers les autres enfants, il les tape, ou les mord.

Le conflit est géré dans le moment présent. Une professionnelle lui explique que ces gestes là sont interdits aux Bébés Copains. Elle lui explique qu'elle comprend qu'il n'était pas content mais que dans cette situation il peut trouver d'autres moyens de le dire: parler, appeler un adulte, dire "non" par exemple.

Au même moment, une professionnelle s'occupe de l'enfant qui a été agressé, elle le soigne, le console, et lui explique aussi qu' il a le droit de s'interposer fermement en disant "non" à celui qui l'agresse et que les adultes présents sont là pour intervenir.